Aller au menu Aller au contenu
Evénements de l'IMEP-LAHC
Microélectronique, électromagnétisme, photonique, hyperfréquences
Evénements de l'IMEP-LAHC
Evénements de l'IMEP-LAHC

> Evénements > Soutenance de Thèses

Soutenance de thèse de M. Julien KIEFFER

Publié le 1 juillet 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Soutenance 4 juillet 2014 | Plan d'accès
Soutenance de M. Julien KIEFFER pour une thèse de DOCTORAT de l'Université de Grenoble, Spécialité Optique et Radiofréquences (OR), intitulée:
PHELMA /MINATEC  salle M252
3 rue Parvis Louis Néel
Grenoble

« Contribution au dimensionnement des PLL pour des modulations polaires larges bandes »

Julien KIEFFER

Julien KIEFFER

Vendredi 04 juillet 2014 à 10h

Résumé de Thèse:
Les problématiques d’intégrabilité et de consommation des circuits sont au centre des spécifications des émetteurs pour la téléphonie mobile. L’architecture polaire est une alternative intéressante aux architectures cartésiennes pour réduire la consommation, la surface et la pollution de l’amplificateur de puissance (PA) sur la boucle à verrouillage de phase (PLL). Néanmoins, l’évolution des nouvelles normes de téléphonie mobile est allée de pair avec un élargissement de la bande passante des modulations, ce qui peut se montré critique pour l’architecture polaire. Les travaux de cette thèse se concentrent plus particulièrement sur le chemin de phase pour des modulations larges bandes, ce dernier étant moins étudié dans la littérature que le chemin d’amplitude par le PA.
La modulation de phase large bande est réalisée directement par la PLL, qui reçoit en consigne à la fois le canal à adresser et la modulation qui est insérée en 2 points de la PLL. L’architecture de la PLL peut être analogique ou numérique. Grâce à des modèles événementiels développés sous Matlab, l’étude met en évidence certains phénomènes qui ne peuvent pas être observés par des modèles linéaires largement utilisés (Laplace, transformé en « z », …). L’étude identifie notamment, pour la PLL analogique, un phénomène de mélange du bruit avec la modulation dégradant fortement la qualité du signal.
Ce travail propose une méthode de dimensionnement des filtres de modulation et de la fréquence de référence de la PLL pour résoudre ce problème.
Pour la PLL numérique, un autre phénomène est identifié et amène à insérer la modulation en 3 points de la PLL.
Finalement, une méthode de dimensionnement des banques de capacités dédiées à la modulation sur l’oscillateur est proposée.

Membres du jury :
Emil NOVAKOV - Directeur de thèse
Marc Houdebine - CoDirecteur de thèse
Slavka Tzanova - Rapporteur
Kosai Raoof - Rapporteur
Yann Deval - Examinateur
Jean-Michel Fournier - Examinateur

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Partenaires

Thèse préparée dans le laboratoire : UMR 5130 - IMEP-LAHC :Institut de Microélectronique, Electromagnétisme, Photonique – Laboratoire hyperfréquences et caractérisation , sous la direction de Emil NOVAKOV, directeur de thèse .

mise à jour le 16 février 2015

anglais
IMEP-LAHC
Site de Grenoble
Grenoble INP - Minatec : 3, Parvis Louis Néel - CS 50257 - 38016 Grenoble Cedex 1

Site de Chambéry
Université de Savoie - F73376 Le Bourget du Lac Cedex
 


  CNRS  http://www.cnrs.fr      Site Grenoble-INP http://www.grenoble-inp.fr       Université Grenoble Alpes (UGA)      Université Savoie Mont Blanc
Univ. Grenoble Alpes